On arrive sur Bray-Dunes sur les coups de midi le jeudi 3 août. On reprend nos marques dans la salle que la mairie nous met à disposition.

On bouge les tables et chaises, on déballe les cartons et certains riders sont déjà là et s’impatientent ! Ça leur permet de faire connaissance et ça se marre déjà bien, ça promet ! Tout passe à une vitesse… Heureusement qu’il a encore deux fois ça pour les deux vagues suivantes.

 

Ils sont mignons avec leurs pocheeeeettes custom 🙂

 

Tuto changement de piles sur le tracker.

 

Le camping, la nuit.
23h tout le monde dort déjà et on croise des participants sur le chemin des sanitaires.
Entre excitation, peur de rater le réveil, stress avant le départ, rafales de vent, on a tous du mal à s’endormir dans nos duvets.
La nuit va être courte.
À peine le temps de l’écrire qu’il est déjà 5h du mat.
Zuuuuuiiiiiiiiiiiiiiiiuuuuiiiiiiiiip, ziiiiiiiiiiiiuuuiiiiiiip.
Une fois la moustiquaire et la porte de la tente ouvertes on peut contempler un spectacle de lucioles qui s’activent. Entre les lumières des trackers qui clignotent et les frontales des participants qui rempaquetent leurs bivis dans la pénombre, les yeux collés et le corps raide.

 

 

On aurait pu dormir qu’une demi-heure ça aurait été la même ! Retour sur le chemin des sanitaires, on croise les mêmes, comme un air de déjà-vu, on ne sait plus trop quelle heure il est.
Rendez-vous dans 45 minutes sur la digue, heureusement le vent s’est calmé, il dort encore, lui !
Certains commencent à arriver au bout du bout du bout de la digue de Bray-Dunes ou le ciel est rempli de coton bleu bien épais. Derniers ajustements pour certains et d’autres prennent leur petit déjeuner sur le pouce, banane, maxi-cookie. Ils sont calmes et sages et (presque) tous à l’heure. Comme à l’école on fait l’appel. La mascotte du coq elle aussi est bien présente et prête à chanter pour donner le coup d’envoi et le premier coup de pédale de la French Divide 2017.

 

 

C’est parti ! Et en 10 secondes à peine la guirlande de lumières rouges disparait au loin et les petits points lumineux rouges se transforment en bulles bleues sur le suivi live.
À l’inverse des fauves lâchés en pleine nature dans un monde 100% réel de la vraie vie avec des pavés, on se retrouve vissés à nos écrans pour les suivre dans leur aventure… à suivre !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

The Captcha image Change Image | Phonetic spelling (mp3)

*