Arrivée avec Thibaut sur Quarré-les-Tombes le lundi après-midi juste à temps pour tamponner des bananes à Jean. Sur le carnet de brevet, je précise.

Le suivant est prévu plus tard ce soir alors ça nous laisse le temps de nous installer. Comme à chaque CP on cherche comme des drogués notre dose de wifi et de prises électriques. Enfin de bonnes conditions pour vous retranscrire les petites histoires de la Divide.
Petit aparté, ce village atteint un certain level niveau jeu de mots sur les enseignes des commerçants… Restaurant Quarré Crème, boulangerie Quarré de Chocolat, coiffeur Coupe au Quarré…
 —
Alain et Élodie, des amis de Sam, qui suivaient déjà assidument la FD2016 sont venus passer quelques jours dans le Morvan pour vivre l’expérience d’un checkpoint.
On attend du coup à 4, Marc, le belge… 21h30, 22h, 22h30, 23h… ENFIN ! On le voyait avancer mais pas arriver.
« Mais faut être complètement maboule pour faire cette dernière portion dans le noir ! »
L’an prochain j’achèterai un miroir pour qu’ils se rendent compte 😉
Le pauvre a chuté dans la dernière montée caillouteuse et a fini à pied.
Mais comme tout belge qui se respecte, priorité au bar ! Pas le temps de se plaindre. Une bière et tournée générale à nous quatre. Heureusement que tous nos participants ne sont pas belges, nos foies ne s’en sortiraient pas indemnes. En tous cas il nous fait bien rire avec sa manière belge d’expliquer les choses puis avec sa « fringale » qu’il trimballe depuis 400 km… un pot de Nutella pas encore entamé. En écrivant ça je me rend compte qu’ils se traînent tous un boulet perso, boite de maïs, de haricots rouges, bouteille de grenadine…
On va se pieuter, demain une grosse vague va arriver sur Quarré. Je parle des riders mais j’aurais aussi pu parler des trombes d’eau qu’on s’est pris…
La vague du matin qui arrive au compte-goutte.
La vague de l’apéro du midi.
La vague tout sourire de l’après-midi qui nous apporte le soleil.
La vague des oiseaux de nuit qui arrivent pile à temps pour le repas du soir.
 —
Clem Shovel et Lionel qui ont roulé la trace en off bouclent ici leur périple. Mission accomplie pour eux de relier le CP2 en moins de 4 jours. Ils sont incapables de rester sérieux ces deux là ! Et évidemment j’ai pas pu m’empêcher de demander à Clément s’il avaient enfin mis un cuissard. « Euh, non ! » 4 jours, 850 km de VTT sans cuissard… « Mais les calbutes In Extenso sont vachement mieux que les Dim, les coutures sont mieux placées. » Avis aux intéressés et aventuriers de la montée à cru.
 —
La voiture de Sam avec Seb et Clément le photographe nous rejoignent à ce moment là. Lionel est content de retrouver son compère et bourreaux Sam et ne peut s’empêcher de le maudire avec le sourire jusqu’aux oreilles.
Avec tout ça on se retrouve avec une sacrée tablée pour le dîner. C’est pas triste !
Et bizarrement les seuls à bailler et à être fatigués c’est nous, les gens de l’orga…
 —
Avec l’ambiance on en oublie que d’autres Dividers sont sur le point d’arriver et cette scène très comique de Rémi qui se pointe au moment où l’on mange et que personne ne le calcule… Je le vois encore dressé comme un piquet à nous regarder sans rien dire et attendre que quelqu’un réagisse… Idem pour Grégory qui entre en catimini dans le resto, comme s’il ne voulait pas se faire remarquer, mais qui au final se rend inoubliable avec son histoire… Se faire courser par un taureau en pleine nuit à quelques kilomètres de là… Gros coup de stress et d’adrénaline !
 —
Cette petite réunion a fait du bien à tout le monde niveau moral, passer un peu de temps au chaud avec des gens autour d’un repas et du partage d’anecdotes. Mais il est temps de rompre les rangs pour se reposer. Le Morvan est un sacré morceau à passer et la météo ne s’annonce pas clémente. Allez, bonne nuit !

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

The Captcha image Change Image | Phonetic spelling (mp3)

*